Actualité

« Si vous ne vous convertissez pas »

 L’homme cherche des explications à l’épisode de la tour qui tombe ou au massacre des innocents, comme Job en a cherché ou comme nous en cherchons aujourd’hui. C’est tout à son honneur. Mais accepte-t-il de se laisser remettre en cause ? Le mal est entré dans le monde à cause du péché de l’homme. Non que l’homme soit personnellement responsable du mal qui lui arrive – c’est ce que Jésus tente de faire comprendre en refusant la doctrine de la rétribution. Mais il en est solidaire, car le mal habite son propre cœur et qu’il est souvent complice de celui qui est commis par ses frères. Seul le Christ est le parfait innocent, qui laisse transpercer son propre cœur pour engloutir le mal et nous en libérer. C’est en contemplant le Transpercé et en croyant activement en lui que nous serons victorieux, avec nos frères, du mal qui ronge le monde: « Tu es mon fils, ma fille, je t’ai choisi. » 

Méditation de l’Évangile du 24 mars 2019   

Troisième dimanche du Carême — Année C   


Retour